Cliquez sur les expressions précédées du signe + pour les développer.

Recherche externe : moteur de PicoSearch
Recherche interne : moteur de FreeFind
 ??   

RETIARIVS - Tite-Live, XXX, 16 (2)

XXX, 16 (2)
M.-A. Bernolle a adapté le travail de Weblettres à une séquence en classe de Première; chaque séance est détaillée, et mise en rapport avec les pages correspondantes de Weblettres.
En tant que collaborateur du site "Weblettres", je ne peux que vous recommander d'aller voir les pages qui y traitent le même passage selon une autre démarche, sûrement plus immédiatement efficace pour un élève. En voici le menu.
RETOUR
Weblettres
Traduction intégrale sur le site WEBLETTRES fermer
Scipion envoya Lélius à Rome avec Syphax et les autres prisonniers et fit partir en même temps les députés de Masinissa ; puis il revint camper devant Tunis, et acheva les fortifications qu'il avait commencées. Les Carthaginois avaient eu un moment de fausse joie en apprenant le succès passager de leur attaque contre la flotte romaine. A la nouvelle de la prise de Syphax, sur qui ils fondaient plus d'espoir, pour ainsi dire, que sur Hasdrubal et sur leur armée, ils furent frappés de terreur ; et sans écouter davantage ceux qui conseillaient la guerre, ils envoyèrent pour demander la paix une ambassade composée des trente principaux vieillards.
C'était le plus révéré de leurs conseils, et son influence était grande sur la direction du sénat lui-même. Arrivés au camp romain et au prétoire, ces députés, par manière de flatterie, et pour se conformer sans doute aux usages de leur mère patrie, se prosternèrent à terre. Leur paroles furent aussi humbles que leur hommage était servile ; ils ne se justifiaient pas ; ils rejetaient les premiers torts sur Hannibal et sur les partisans de cet ambitieux capitaine. Ils demandaient grâce pour leur cité, que la témérité de ses habitants avaient déjà deux fois conduite à sa perte, et qui devrait son salut à la générosité de ses ennemis. Le peuple romain voulait commander à ses ennemis vaincus, et non les anéantir. Ils étaient prêts à obéir en esclaves : Scipion n'avait qu'à leur faire connaître ses ordres.
Scipion leur répondit qu'il était venu en Afrique avec l'espoir de vaincre, et que ses succès lui donnaient presque la certitude de rapporter à Rome la victoire, et non la paix. Cependant, quoiqu'il eût pour ainsi dire la victoire entre les mains, il ne repoussait pas la paix ; il voulait faire savoir à toutes les nations que le peuple romain n'entreprenait la guerre qu'avec justice et la terminait toujours de même. Il exigeait pour conditions de paix que Carthage restituât les prisonniers, les transfuges et les déserteurs ; qu'elle retirât ses armées de l'Italie et de la Gaule ; qu'elle renonçât à l'Espagne ; qu'elle évacuât toutes les îles qui sont entre l'Italie et l'Afrique ; qu'elle livrât tous ses vaisseaux longs, à l'exception de vingt ; plus cinq cent mille boisseaux de blé et trois cent mille d'orge. Quant à la contribution en argent qu'il imposa aux vaincus, on n'est pas d'accord sur ce point ; je trouve chez quelques historiens cinq mille talents ; chez d'autres cinq mille livres pesant d'argent, chez d'autres enfin une double paie pour les soldats de Scipion. "Voilà mes conditions, dit-il, décidez si vous voulez de la paix à ce prix; je vous accorde trois jours pour délibérer. Si vous acceptez, faites avec moi une trève, et envoyez à Rome une ambassade pour le sénat." Les députés furent ainsi congédiés. A Carthage on fut d'avis de ne refuser aucune des conditions de la paix. On cherchait à gagner du temps pour qu'Hannibal pût repasser en Afrique. On envoya donc une nouvelle ambassade à Scipion pour conclure la trève, et une autre à Rome pour demander la paix ; celle-ci menait avec elle, pour la forme, un petit nombre de prisonniers, de transfuges et de déserteurs, afin d'avoir moins de peine à obtenir la paix.

Les options pour chaque terme vont apparaître ici

Lemmatiser par "Collatinus" le texte sélectionné.
(Le service est disponible directement à : http://collatinus.fltr.ucl.ac.be/collatinus.php - adaptation pour Internet du logiciel collatinus d'Y. Ouvrard : http://www.collatinus.org/collatinus/ - Licence et documentation).
Sur le même espace de l'UCL :
- Lexique de Gérard Jeanneau par moteur de recherche : http://collatinus.fltr.ucl.ac.be/jeanneau.php
- Utilisation combinée des 2 outils : http://collatinus.fltr.ucl.ac.be/index_cj.php
- Accueil d'ensemble : http://collatinus.fltr.ucl.ac.be/

Ecrire
Logo compteur